mercredi 16 août 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

FMI : 1000 milliards en pots de vin par an Abonnez-vous au flux RSS des articles

03 août 2017
13:37
0 commentaire La corruption, un phénomène transfrontalier

 « La corruption systémique peut menacer les perspectives d’une croissance durable et inclusive » souligne le rapport du Fonds Monétaire Internationale qui fait le bilan du phénomène de la corruption dans le monde. 

 

Se sont Mille milliards de dollars chaque année qui passent dans des opérations douteuses et pots de vin, le rapport du FMI note son « coût cumulé accablant » Le document a évalué dans quelle mesure la corruption a été traitée de manière appropriée par le FMI dans les pays membres dans le cadre de l'évaluation des économies des pays membres et des programmes appuyés par cette institution financière en tenant compte de la Note d’orientation de

1997 selon laquelle les questions de corruption doivent être traitées lorsqu’elles sont réputées avoir un impact considérable sur le plan macroéconomique à court et moyen termes. La corruption peut atteindre, selon les termes du rapport « des niveaux les plus élevés de l’État, et les moyens de se livrer à la corruption et d’en dissimuler les fruits ne cessent d’évoluer, à une époque où des innovations technologiques naissent tous les jours ». Un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur générant au passage d’autres phénomènes plus nuisibles comme le financement du terrorisme. « Il est impératif que le FMI joue un rôle moteur dans la lutte contre la corruption», a déclaré le Secrétaire au Trésor américain, Stephen Mnuchin.

Le Fonds Monétaire internationale se propose d’intervenir par l’assistance et le conseil les états qui en sont les victimes pour améliorer les instruments de contrôle et de lutte contre ce phénomène.  Il met à contribution ses experts financiers au service des pays qui souhaitent « améliorer la gestion de leurs finances publiques » par la mise en place de mécanismes de collecte de l’impôt et la transparence des dépenses publiques ceci, en plus du travail de diagnostique et d’audit. L’institution de Lagarde met aussi à contribution ses statisticiens pour débusquer la dissimulation des données et améliorer la qualité des statistiques des économies. Et ce, pour préserver les capacités des Etats à assurer une croissance durable et réussir la réalisation des politiques budgétaires et monétaires menacées par ce fléau, au demeurant transfrontaliers.

 

 

 

      

L.Aizouni

Sur le même sujet
09oct. 2013

Transparency International livre son "baromètre mondial" La corruption progresse

04déc. 2013

Lutte contre la corruption La mauvaise note

03mai 2016

51% des Algériens pensent que la corruption a augmenté

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.