lundi 10 décembre 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Zone de libre échange africaine : L'UA se donne un délai d’un an Abonnez-vous au flux RSS des articles

22 mars 2018
19:59
0 commentaire Le marché africain pèsera 3 600 milliards de dollars à horizon 2025

L’Union africaine, veut aller vite dans la mise en œuvre de la zone de libre échange continentale.

 

Un des outils choisi pour s’assurer du suivi de la réalisation effective de cet espace commercial  est l’indice pays. L’annonce a été faite à l’occasion de la tenue du forum des entreprises aujourd’hui, et à la veille de la signature de l’accord historique portant création de la ZLEC. Cet indice permettra de juger de la fiabilité de cet espace et de l’impact attendu sur les entreprises, c’est en somme un instrument de mesure qui permet à travers le ressenti des entreprises et leurs appréciation tant de l’environnement des affaires que du volume d’échange par pays. Des analyses supplémentaires, des données y compris les barèmes tarifaires et les volumes d’échanges devra en conclusion d’évaluer et classer les pays en fonction de comportement vis-à-vis de cet espace commun. Les experts estiment qu’à horizon 2025 le marché africain pèsera 3 600 milliards de dollars.

En attendant, l'accord établissant la ZLEC requiert une ratification par 22 pays au moins avant de pouvoir entrer en vigueur, a indiqué le commissaire de l'UA au Commerce et à l'Industrie, Albert Muchanga en marge de la 10ème session extraordinaire de l'Assemblée de l'UA sur la ZLEC tenue mercredi à Kigali (Rwanda). 44 pays africains ont signé l'accord constituant la ZLEC au cours de la session extraordinaire d'une journée qui s'est tenue à la capitale rwandaise. Cet accord sera soumis à la ratification des pays membres conformément à leur législation nationale. L’objectif est de faire en sorte que d'ici un an, au moins 22 pays africains auront ratifié la ZLEC, permettant son entrée en vigueur effective.  Viendra l’étape suivante qui consiste à négocier les questions tarifaires et douanières afin de fluidifier les échanges et dynamiser cet espace commercial continental. Le projet propose déjà la suppression de tarifs douaniers pour 90% des marchandises échangés sur le continent et la libération du commerce des services.  

Pour rappel, la décision d'établir la ZLEC a été adoptée en janvier 2012 lors de la 18ème session ordinaire de l'Assemblée des chefs d'Etats et de gouvernement de l'UA, tandis que les négociations sur la ZLEC au sein de l'UA ont débuté en 2015. La ZLEC a pour but de constituer un marché unique pour les biens et services au niveau du continent, assurant la libre circulation des activités et des investissements. Cela devrait selon l'UA permettre d'accélérer la mise en place de l'Union douanière continentale et de l'Union douanière africaine.

A. M

Sur le même sujet
24mai 2013

Croissance en Afrique : Medelci pour un rôle "plus actif" du secteur privé

02juil. 2017

Tebboune à Addis-Abeba pour le sommet de l’UA

25mai 2015

Abdoul Kane, Coordinateur et Expert auprès de la CEA (Nations Unies) "Il faut croire aux vertus des espaces économiques"

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.