samedi 17 novembre 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Usine d'engrais
Accord entre Sonatrach et l'Egyptien OCI Abonnez-vous au flux RSS des articles

27 mai 2013
19:10
0 commentaire Zone industrielle d'Arzew

Prévu pour le mois dernier, le démarrage des activités de production de l’entreprise Sorfert se fera « prochainement ». 

Sorfert est une entité économique créée en partenariat, selon la règle 49/51% entre sonatrach et l’Egyptien Orascom construction. Les raisons du retard de l’entame de production de cette usine d’urée et d’ammoniac sont dues, selon le partenaire étrangers aux lourdeurs bureaucratiques et administratives.

Mais il semblerait que les choses sont revenues à la normal. Puisque Sontrach est enfin parvenue à un accords avec Orascom construction, notamment sur les aspects commerciaux et économiques. Selon le géant énergétique algérien, un avenant à l’accord d’association qui préserve les intérêts de Sonatrach et de son partenaire a été signé par les deux parties.

Ce qui permettra d’ouvrir la voie « au démarrage des activités de production et commercialisation. L’usine, faut-il le rappeler a une capacité de production annuelle de 2 millions de tonnes métriques d’engrais azotés.

Selon le communiqué du groupe pétrolier algérien, le PDG de Sonatrach s’est félicité de la conclusion de cet accord qui  « reflète la volonté et l'engagement des deux parties à travailler ensemble pour développer leurs investissements conjoints en Algérie ».

Le complexe d'Arzew va générer de substantielles ressources pour les collectivités locales, le fisc, les assurances (…) OCI n'est pas un investisseur étranger puisqu'il est en Algérie, son deuxième pays», avait insisté il y a quelques semaine era respecté dans toute sa rigueur. 
«L'aboutissement de ce projet va véhiculer un message fort : l'Algérie est un pays très attractif, le climat des affaires est bon et ouvert à tout investisseur étranger sérieux», a-t-il conclu. «Mon enthousiasme de voir le projet décoller grâce aux efforts consentis par tous les intervenants surtout mes compatriotes en l'occurrence serait une lecture positive de l'intelligence et de la bonne volonté de mon employeur et surtout de mon pays», était, en revanche, le mot de la fin de Farès Boulahbel.

Par Faouzia Ababsa [ Le contacter ]

Sur le même sujet
13nov. 2014

Industries des fertilisants Une lutte féroce en perspective

24avril 2012

Projets en souffrance à l’Ouest Le nécessaire recadrage stratégique

30déc. 2014

Exportation du gaz naturel liquéfié (GNL) en 2015 L’Algérie signe un contrat avec l’Egypte

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.