vendredi 17 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Développement des énergies renouvelables
Le marché algérien intéresse les Allemands Abonnez-vous au flux RSS des articles

11 nov. 2014
16:22
1 commentaire Une rencontre organisée par l'AHK

Les Allemands ne se découragent pas ! En dépit d’une fin de non recevoir opposée par l’Algérie au fameux projet Desertec, les entreprises allemandes tentent vaille que vaille tirer leur épingle du jeu de la nouvelle stratégie initiée par les pouvoirs publics qui consiste à se diriger graduellement vers la production de l’énergie à partir de ressources naturelles renouvelables. 

 

Lors d’une conférence, organisée, ce mardi, par la Chambre de commerce et d’industrie algéro-allemande (AHK) à l’hôtel El Djazair, sur « l’autoconsommation des énergies renouvelables dans l’industrie et l’agriculture », les différents représentants des entreprises et centres de recherche dans le secteur de l’énergie allemands, ont exposé leurs nouvelles technologies de production des énergies renouvelables et leur savoir-faire avéré dans ce domaine et manifesté encore une fois leur volonté d’investir dans ce créneau en Algérie.  

Les représentants de ces entreprises se sont interrogées sur les formalités d’investissement dans le secteur des énergies propres en Algérie, notamment sur le prix de référence, le transfert des dividendes et sur le prix d’achat de l’énergie par les pouvoirs publics. Des questionnements qui apparemment ne dissuadent pas les représentants de ces entreprises qui considèrent l’Algérie comme le pays le plus ensoleillé du continent africain. 

Présente à cette rencontre, Mme Belarbi Baya, représentante du groupe Sonelgaz, s’est longuement attardée sur le plan national pour le développement des énergies renouvelables et sur les projets lancés et à venir qui visent, selon elle, à réduire l’utilisation des énergies conventionnelles.  Elle dira que Sonelgaz est à la recherche de partenaires et d’investisseurs étrangers ou nationaux qui pourront l’accompagner dans la production de l’électricité à partir du solaire et de l’éolien. 

Pour rappel, le projet Desertec consiste à alimenter en électricité l’Europe à partir des plateformes solaires et éoliennes qui seront installées dans les pays du sud de la Méditerranée. D’un coût prévisionnel qui s’élève à 400 milliards d’euros, ce projet s’est heurté à plusieurs obstacles dont le refus de l’Espagne de créer une liaison entre l’Afrique et l’Europe, l’émergence des hydrocarbures du schiste, mais aussi la réticence des pays de la région Maghreb à l’égard de ce projet qui vise avant tout la satisfaction des besoins en électricité des européens.

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
21déc. 2013

Projet de modules photovoltaïques Sonelgaz attribue le marché aux chinois

25juin 2014

Développement des énergies renouvelables CDER et Sonelgaz signent des conventions

19avril 2012

René Buchler, coordinateur Afrique du nord de Desertec « L’Algérie est le pays idéal pour produire de l’énergie issue des déserts »

Commentaires

12 Nov 2014
FranPeti 20h50

Je tiens à préciser que Desertec est une vision qui vise à promouvoir la production d'énergie propre dans les déserts (solaire, éolien en autre). Desertec fait la promotion d'une exportation vers l'Europe d'une partie de cette énergie pour le bien des pays producteurs puisque ces revenus permettront à ces pays de financer une partie des centrales solaires ou éoliennes. Depuis le début , Desertec a toujours défendu l'utilisation des énergies renouvelables plutôt des énergies carbonées et une utilisation prioritairement locale suivant la volonté de chacun des pays.
Francis Petitjean
Fondation Desertec

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.