lundi 20 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Pétrole : le Baril s’éloigne déjà des 60 dollars Abonnez-vous au flux RSS des articles

06 nov. 2017
12:20
0 commentaire La croissance mondiale y est aussi pour beaucoup

Depuis jeudi dernier, le prix du baril a emprunté une trajectoire haussière en trônant au dessus des 60 dollars.  Qui l’eut cru. Après trois ans en berne, le prix se redresse et montre même des signes de raffermissement. 

 

Le prix du Brent gagnait encore un petit 0, 50 cents depuis ce matin pour s’établir à 62, 38 dollars.  Le baril de light Sweet Crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, gagnait 10 cents hier. Une tendance que les experts, expliquent par l’anticipation de prolongation de l’accord de limitation de la production de l’OPEP avec le soutien de certains pays hors-OPEP et ce, à moins de 25 jours de la prochaine réunion de l’organisation à l’issue de laquelle il est attendu une reconduction de l’accord encore pour un an encore. .  

Une perspective qui se trouve soutenue par un autre facteur de conjoncture à savoir la baisse de la production en Irak. D’après Bloomberg, le débit du pipeline qui exporte le pétrole irakien via la Turquie a diminué de 120.000 barils par jour le mois dernier après le référendum d’indépendance du 25 septembre au Kurdistan. Ceci, en plus des menaces américaines contre l’Iran qui ont alimenté la spéculation sur la demande de l’or noir.

Cette dernière a pris de la consistance, devant la stabilité de l’offre ce qui a fait aux spécialistes que  la demande mondiale devrait augmenter encore de 1,7 à 1,8 million de barils par jour sur le restant de l’année en cours. La bonne santé de l'économie mondiale y est aussi pour beaucoup dans la bonne tenue de la demande, le FMI avait prédit une hausse de la croissance mondiale de 3, 7% l’année prochaine contre 3,6% cette année.

Plus optimiste encore, l’OPEP prédit que la demande passera à 100 MB/J en 2020 et atteindra 111 MB/J en 2040, un niveau exigé par la croissance mondiale dont l'industrie doit ajouter plus de 4 MB/J  chaque année pour maintenir les niveaux de production actuels.

L. Aizouni/ agences

Sur le même sujet
09mai 2012

Pétrole L’EIA révise à la hausse sa prévision de demande mondiale

05janv. 2014

Francis Perrin, Président de Stratégies et Politiques Energétiques « L’Algérie risque un rétrécissement de ses parts en Europe »

12août 2015

Portée par la baisse des cours et la reprise de la croissance mondiale L’AIE prévoit une forte demande sur le pétrole

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.