lundi 23 octobre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Le FMI: allez à l’endettement « prudent » Abonnez-vous au flux RSS des articles

10 oct. 2017
16:18
0 commentaire Des mesures politiques à « dosage équilibré », selon le FMI

En étudiant le cas de l’Algérie, le Fonds monétaire international rassure quant à l’amélioration de situation financière nationale et réitère ses propositions de juin dernier à savoir un endettement extérieur supplémentaire. 

 

Dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales, publié aujourd’hui, l’institution de Lagarde prévoit pour l’Algérie une croissance pour 2018 de  1,5% en 2017 contre soit une toute petite hausse par rapport aux projections d’il ‘a six mois qui sera suivie d’une baisse de l’inflation. Elle s’établerait atour de à 5,5% en 2017 contre 4,8% prévu initialement et devrait baisser à 4,4% en 2018, selon les mêmes projections. L’autre note d’optimisme est celle faite de la réduction du déficit budgétaire devant passer en 2018 de moins 13% du PIB à moins 10, 8% pour descendre à  moins 6,7% du PIB en 2020.  

Pour se faire, le FMI remet au goût du jour ses projections antérieures mais, surtout ses propositions à l’Algérie d’adopter des mesures politiques à « dosage équilibré ». En plus clair, que pour faire face de la situation de crise actuelle, le gouvernement algérien devra accompagner le recours à la planche à billets par un endettement extérieur avec la mention « prudent » pour compléter l’éventail de possibilités de financement recherché afin d’atteindre les projections précitées.    

Un éventail que le Fonds Monétaire International complète par d’autres propositions que l’Algérie pourrait prendre comme un programme de privatisation à travers la cession d’actifs publics et une  manipulation de la politique monétaire soit, l’adoption d’un taux flexible, en termes savants : à l’inverse du régime de taux fixe, le taux flexible ne permet aucun engagement au sujet du taux de change, qui évolue librement, en fonction de l’offre et de la demande sur le marché des changes. Lesquelles conditions sont conçues par le FMI comme garants d’une marge de manœuvre budgétaire pour « opérer un ajustement plus progressif et plus propice à la croissance ». 

L. Aizouni

Sur le même sujet
13avril 2016

FMI : La stabilité financière mondiale menacée

09juin 2015

Impact de la chute des prix du pétrole sur l’économie nationale Les recommandations du FMI pour l’Algérie

05juin 2017

Algérie: La BM abaisse ses prévisions de croissance

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.