samedi 16 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Guerre de leadership à la CAP Abonnez-vous au flux RSS des articles

26 janv. 2016
17:43
0 commentaire Sensri Abdenour lors d'une conférence de presse à Alger

C’est  à une véritable guerre de tranchées que se sont livrée deux factions rivales au sein de la plus vieille organisation patronale à savoir la confédération algérienne du patronnat (CAP).

 

Celui qui se déclare nouveau président de la confédération, Sensri Abdenour a accusé ce matin son prédécesseur d’avoir «pris en otage l’organisation depuis 1999 ».

Pour sa part, Boualem M’rakechi a dénié à Sensri toute légitimité et déclare s’en remettre à la justice. « C’est un véritable mouvement de récupération des instances dirigeantes de la confédération qu’a engagé Sensri, un exclu des rangs de la CAP.» Lequel a animé aujourd’hui une conférence de presse dans laquelle « il a tenté de rallier la presse à sa cause pour descendre en flammes le patron de la CAP, Boualem M’rakechi.  Selon lui, M’rakechi « a longtemps profité «d'une gestion individuelle de la CAP ». Mieux encore il l’accuse de détournement de la trésorerie de la confédération et d’abus de pouvoir. Il «nous a exclus sans respect des procédures, induisant tout le monde en erreurs» s’est offusqué Sensri Abdenour. Le conférencier s'est dit  par ailleurs étonné de la décision de justice le déboutant dans la désignation de l'ancien bureau national de l’organisation.

Sensri Abdenourest soutenu par le vice-président El Hachemi Malaoui qui, a déclaré que M’rakechia détourné 6 millions de dinars en affirmant au passage que la justice a été saisie et qu’une enquête est en cours. Les conférenciers ont tenu toutefois à se démarquer d’une quelconque machination politique affirmant que leur mouvement n’obéit qu’au strict rétablissement des principes fondateurs de l’organisation.

Contacté par téléphone, Boualem Merakchi,  a qualifié ce mouvement d’informel, et que ses auteurs sont poursuivis en justice. Il a réfuté par ailleurs la légalité de l’Assemblée générale à laquelle ont pris part « 14 membres » alors que la CAP en compte 860. Il fera savoir toutefois que pour lui, rien n’a changé et que le bureau de l’organisation est toujours sis à l'Aurassi et « est fonctionnel » et qu’en qualité de président, il « continue de recevoir les délégations officielles».

khelifa Litamine

Sur le même sujet
28mai 2012

PME La CAP appelle à intégrer tous les secteurs dans le programme de mise à niveau

20juil. 2017

Haddad, un homme seul

18juil. 2013

Rééchelonnement des dettes des entreprises Le patronat se plaint

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.