lundi 01 septembre 2014 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Santé publique
Le cri de détresse des stomisés de Béjaïa Abonnez-vous au flux RSS des articles

19 juin 2012
14:49
0 commentaire Les stomisés de Béjaia inquiets

 

Les membres de l’Association des stomisés à Béjaia (ASB) viennent de tirer, une nouvelle fois, la sonnette d’alarme sur la pénurie persistante des poches indispensables pour les patients.

 

En effet, dans un communiqué rendu public, ces membres accusent les organismes dont la mission est de subvenir aux besoins des stomisés qui se retrouvent dans le désarroi.

L’Office national d’appareillages et d’accessoires pour personnes handicapés (ONAAPH), puisque c’est de lui qu’il s’agit, «n’arrive pas à remplir sa mission», à savoir approvisionner les stomisés en produits nécessaires, du point de vue quantitatif et qualitatif. Et pour cause, a-t-on déploré, «les ruptures de stock sont récurrentes et les produits distribués gratuitement sont de mauvaise qualité et présentent des désagréments.»

L’association a posé un autre problème que les pouvoirs publics doivent régler sans trop tarder. Il s’agit de la prise en charge partielle par la sécurité sociale (CNAS ou CASNOS) des produits pour stomisés, ce qui met ces deux organismes à vocation hautement sociale «en porte à faux avec leur mission».

Solution préconisée par le président de l’ASB, M. Rachid Mansouri, pour jouer pleinement son rôle : créer rapidement dans la wilaya de Béjaïa un centre d’entero-stomatherapie. «On pourra alors développer les activités des stomisé-contact, participer à la formation des personnels spécialisés, multiplier les activités récréatives des stomisés, animer et approfondir les débats concernant les questions en lien direct avec les patients.»

Salim Aït-Sadi

Mots-clés
Sur le même sujet
17févr. 2013

Propriété industrielle 3.800 marques enregistrées par l'INAPI en 2012

03sept. 2013

Avec la création de 3 divisions L'Algérienne des eaux réorganisée

29avril 2012

Loi organique numéro 12-05 du 18 Safar 1433 correspondant au 12 janvier 2012 relative à l’information

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.