samedi 22 novembre 2014 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Groupes internationaux et investisseurs privés s’y intéressent
Le secteur du tourisme de plus en plus prisé Abonnez-vous au flux RSS des articles

21 juin 2012
10:36
2 commentaires Le grand sud reste une valeur sûre

En dépit des obstacles qui se dressent face au développement du secteur du tourisme en Algérie, de plus en plus d’investisseurs semblent s’y intéresser. 

 

Le potentiel touristique algérien attire, à n’en point douter, l’attention les grands groupes hôteliers. Dernièrement c’est le groupe Golden Tulip qui a annoncé sa volonté de créer des hôtels à l’Ouest du pays. Quelques semaines plutôt, c’était la chaîne Star Wood qui avait officiellement déclaré vouloir ouvrir deux hôtels à Oran d’ici 2015.

De leur côté, les investisseurs privés locaux semblent redécouvrir le marché du tourisme et de l’hôtellerie puisqu’ils n’hésitent plus à franchir le pas de l’investissement dans ces secteurs. Dans la seule Wilaya de Constantine, un total de 9,5 milliards de dinars a été investi par des privés, à en croire le ministre du tourisme, Smail Mimoune. Le ministre a déclaré que la capacité d’accueil hôtelière à Constantine devra être prochainement renforcée de 1300 nouveaux lits (lire l’éco magazine n 44). Il n’ ya donc pas de doute sur le fait que le tourisme est perçu comme un créneau très porteur en Algérie.

Aussi vraies que le potentiel de ce secteur, les difficultés qui le caractérisent sont encore nombreuses. Pendant longtemps, le tourisme a été considéré comme un terrain difficile à conquérir. Coûteux avec une qualité de service qui laisse, bien souvent, à désirer, le tourisme local a rarement été la première option pour ceux qui pouvaient se permettre des vacances.

Cependant, l’élément à prendre en considération aujourd'hui est la situation politique des pays touristiques de la région Afrique du Nord. Les révolutions arabes ont été assez coûteuses pour le tourisme dans des pays tels que la Tunisie et l’Egypte. Les regards se sont donc portés naturellement vers des pays moins instables. Les grandes chaînes hôtelières qui misent sur le long terme considèrent manifestement l’Algérie comme un pays «intéressant».

Les investisseurs locaux ont constaté, quant à eux, qu’une partie des Algériens habitués à passer leurs vacances en Tunisie se sont orientés vers le tourisme local. Un bon nombre d’entre eux a également opté pour la Turquie, un autre pays qui intéresse fortement les chaînes hôtelières internationales. 

Une conjoncture favorable n’étant jamais suffisante à elle seule, davantage d’efforts doivent être consentis pour dynamiser le secteur du tourisme en Algérie.

Le grand sud algérien, en revanche, a toujours été attirant. Dans son indifférence toute naturelle aux changements, il fait réellement exception. Cette région prisée parce qu’encore sauvage n’a pas besoin qu’on y réalise des infrastructures imposantes. Sa force d’attraction est précisément due à la rareté de l’intervention humaine. La nature est bien faite.

Par Ahmed Gasmia [ Le contacter ]

Mots-clés
Sur le même sujet
03avril 2013

Tourisme Le salon "Siaha" ouvre ses portes demain

25févr. 2013

Benmeradi à Annaba Deux hôtels partenaires de « Golden Tulip ».

28sept. 2013

Abdelah Ayadi, président de l’Office local du tourisme «Skikda souffre de l’absence d’infrastructures d’hébergement»

Commentaires

01 Jui 2012
naropa 15h22

La photo est merveilleuse! J'ai vecu des vacances dans ces sites de rêve. Je souhaite donc y revenir comme bon nombre de français et d'européens.Par contre je ne vois pascomment vous allez nous faire revenir. J'ai des contacts étroits avec les acteurs du tourisme du "Grand Sud" et je suis bien obligée de constater qu'il n'y a plus de touristes à Tamanrasset.....Quel dommage, pour nous , pour la population qui peine par manque de travail, pour l'Etat Algérien qui ne peut ou ne veut pas comprendre que le tourisme est un atout pour son développement à travers le monde, mais aussi en surveillant et en quadrillant les Parc nationaux, un frein à tous les trafics et tous les désordres. Plus le Sahara est vide plus ils devient une zone de non droit. Plus il sera "habité" visité plus nous ferons reculer les échanges illegaux et les terroristes. mais serais-je entendue?
En attendant, je rêve. Naropa

21 Jui 2012
zach 23h07

l' argent appelle l'argent le créneau porteur c'est le haut de gamme primo, secondo c'est les grands bassins de clientèle oranie algérois et le constantinois c'est l’hôtellerie d'affaires qui est ciblée.le reste ne semble pas être attractif .il faut aussi comprendre que c'est des investissements algériens avec des contrats de management avec les enseignes internationales.c'est du tout bénéf.
pour le sud c'est Evidemment vrai que le Sahara est attractif mais les services et les prestations sont en dessous des normes admises pour capter du monde .il faudra revoir toute la chaîne de production transport aérien Hôtellerie encadrement animations environnement change et offre de services bancaires artisanat.
le tourisme pourrai bien faire vivre 2à 3 millions d'Algériens mais tout est revoir pour terminer un indicateur de comparaison le nombre de pages produits sur les catalogues et site web sur l’Algérie et vous aurez une idée de la destination.en 2011 les recettes touristiques sont de 450 millions de dollars pour l'Algérie au moment ou la Tanzanie avec seulement ces trois parcs nationaux en safari et ecotourisme fait un milliards de dolars

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.