samedi 17 novembre 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Pénétrante de Béjaïa
Les travaux lancés depuis Amizour Abonnez-vous au flux RSS des articles

07 juil. 2013
21:18
0 commentaire Amizour comme point de départ

Le début des travaux de la pénétrante autoroutière a été donné ce matin depuis la commune d’Amizour. Une localité où sont prévus deux ouvrages d’art, un pont et un échangeur.

 

C’est à un groupement algéro-chinois, CRCC-Septa, que le projet a été concédé en vue de sa réalisation. La pénétrante autoroutière, qui a fait couler beaucoup d’encre, va relier, pour rappel, à son achèvement le chef lieu de wilaya de Béjaia à l’autoroute est-ouest, au lieu dit El Adjiba dans la wilaya de Bouira.

L’infrastructure qui va coûter quelque 120 milliards de dinars (1,5 milliards de dollars) devra être livrée dans moins de trois ans. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait demandé le 27 mai dernier lorsqu’il avait symboliquement lancé les travaux lors de sa visite sur site, aux responsables de l’entreprise de faire un effort pour la livrer en 30 mois au lieu de 36. Un défi que les dirigeants affirment pouvoir relever si un certain nombre de conditions sont réunies.

Lesquelles ? Mettre à leur disposition les poches de terrains pour y implanter les bases-vie et bases techniques. La wali de Béjaïa avait indiqué que ses services étaient instruits pour  «prospecter 8 impacts bases-vie». Mais aussi accorder toutes les facilitations pour un dédouanement rapide du matériel, acheminé depuis le sud-est asiatique par voie maritime. Et fournir dans les plus brefs délais les permis de travail au quelque 320 Chinois (Ingénieurs, techniciens, topographes, cuisiniers et interprètes, etc.) dont la liste nominative a été adressée aux services concernés.

Et pour respecter l’échéance de 30 mois, les dirigeants asiatiques ont réclamé des autorités locales de mettre à leur disposition 6,2 millions de tonnes d’agrégats nécessaires pour parachever les travaux. Et ils souhaitent qu’entre 50% et 60% de cette quantité soit dégagée pour ne pas avoir à subir les aléas de la route. Les mêmes quantités ont été réclamés en ce qui concerne le fer et le ciment. Problème ? Sur le marché local, on ne peut produire que «2 millions de tonnes d’agrégats, et difficilement», a reconnu le chef de l’exécutif de wilaya.

Les dirigeants de la société chinoise, CRCC, ont tiré les enseignements de leur précédente expérience. Ils ont eu à réaliser deux tronçons de 500 kilomètres sur l’autoroute Est-Ouest, en groupement avec Citic pour 7 milliards de dollars. Le nouveau contrat a été attribué de gré à gré par le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul.

En plus d’un lot de routes, il est prévu dans le cadre de ce projet la réalisation de 46 ouvrages d’arts, de 7 échangeurs, de 13 viaducs, d’un tunnel de 1105 mètres linéaires, de 15 murs de soutènements et 3 aires de services. Son tracé ira le long de la rive gauche de la vallée de la Soummam dans le sens de l’écoulement des eaux, en passant par Tala-Hamza, El-Kseur, Sidi-Aich, Amallou, Akbou et Tazmalt avant de rejoindre Mechdellah dans la wilaya de Bouira.

En ce début des travaux parallèlement aux 320 salariés chinois seront créés 662 emplois au profit des nationaux. Mais dès que le chantier aura bien avancé les effectifs seront revus à la hausse : ils seront alors 3200 Chinois et près de 12 000 Algériens à y travailler, a-t-on indiqué de sources proches du dossier.

Salim Aït-Sadi

Sur le même sujet
07oct. 2013

Agriculteurs à exproprier pour réaliser la pénétrante de Béjaïa 810 milliards de centimes d’indemnisations

30avril 2017

Pénétrante Bejaia : grève des sous-traitants

30sept. 2013

Travaux au ralenti de la pénétrante Farouk Chiali attendu de pied ferme à Béjaïa

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.